Julien et moi avons apprécié nos activités sexuelles pendant cet été et, pour être parfaitement clair, nous étions comme des lapins ! J’avais découvert le sexe, ou plus exactement, j’avais découvert les bites et à quel point elles pouvaient être amusantes. Dès la première fois, j’avais trouvé un plaisir pur, une joie pure, à avoir sa bite dans ma bouche, sur mes lèvres et contre ma langue. Non pas que j’tais vierge, mais avec mes anciens mecs, c’était d’un pénible au lit, je vous raconte pas. Bref.

Pendant les premières semaines, nous avions décidé ou plutôt convenu que nous n’aurions pas de rapports sexuels pendant quelques semaines. Pourquoi j’ai pris cette décision, je ne sais pas, mais cela n’a pas non plus d’importance et n’avait même pas de sens à l’époque.

Après cet événement initial et notre acceptation et compréhension de tout cela, j’ai sucé sa queue, joué avec elle, l’ai embrassée, léchée et, en général, aimé dessus du mieux que je pouvais. Pendant les vacances d’été, nous avions tous les deux beaucoup de temps libre pendant la journée. Nos parents travaillaient tous les deux et étaient absents toute la journée. Julien avait un travail à temps partiel dans une épicerie le soir … à partir de neuf heures, je crois ? J’avais des corvées autour de la ferme et dans la maison. Les voisins du quartier faisaient la plupart des travaux agricoles proprement dits, comme rentrer le foin et remplir les silos à grains, mais je devais nourrir et m’occuper de nos chevaux, du bétail et des poulets. Papa était, bien sûr, ce que les agriculteurs locaux appelaient un “fermier gentilhomme” … ce qui était pour eux un terme plutôt péjoratif. Mais la plupart d’entre eux m’aimaient bien et nous nous entendions très bien … ils ne me dérangeaient pas, je ne les dérangeais pas.

Mais tout cela pour dire que chaque fois que Julien voulait se faire sucer, il venait chez moi ou il m’appelait et nous nous retrouvions à la piscine du ruisseau entre nos fermes. Et cela ne veut pas dire que je ne l’appelais pas parfois, mais il semblait toujours me devancer. J’étais souvent en train d’attraper le téléphone pour voir si je pouvais le sucer quand ce satané appareil sonnait… et c’était Julien ! Il était merveilleux et spécial pour moi, mais nous ne nous sommes jamais considérés comme une petite amie/un petit ami… nous étions juste des partenaires sexuels et des amis.

Mais ce jour-là serait un peu différent de d’habitude et je m’en souviens parfaitement … un événement qui allait changer mon monde entier :

J’avais fini les corvées autour de la ferme et je venais de sortir de la douche quand le téléphone a sonné. J’ai souri joyeusement et j’ai jeté un coup d’œil à l’horloge … 9 heures du matin. J’avais prévu de l’appeler dès que je serais sortie de la douche … mais comme la plupart des jours, son timing était juste un peu en avance sur moi. J’ai gloussé à voix haute en attrapant le téléphone.

“Salut, Jas”, ai-je dit, ayant l’air aussi heureuse que je me sentais.

“Kelli,” a-t-il dit. “Je peux venir chez toi ? Tes corvées sont-elles toutes faites ?”

J’ai ri et j’ai pensé à passer toute la matinée avec lui … nue et heureuse avec sa queue dans ma bouche ou dans ma chatte. J’ai dit joyeusement : “Bien sûr, Julien, je suis prête. Où veux-tu qu’on se retrouve ?” Et cela n’aurait eu aucune importance si mes corvées n’avaient pas été faites ou s’il avait voulu me rencontrer sur la lune ! J’étais prête.

Il y a eu une légère hésitation, puis il a dit : “Eh bien, il a plu la nuit dernière je crois … l’herbe sera humide, n’est-ce pas ?”. Je me suis alors souvenu que lorsque je faisais mes corvées, le sol était un peu humide et boueux, donc ce serait probablement pire au lieu de rendez-vous près du ruisseau. Mais avant que je puisse dire quoi que ce soit, il a continué : “Je te verrai à la grange”.

Il a raccroché avant que je puisse dire quoi que ce soit … ce qui était tout à fait normal pour lui. Il était impatient de commencer les jeux et les plaisirs sexuels. J’ai souri joyeusement et j’ai raccroché le téléphone pour me préparer. J’étais aussi anxieuse que lui. En me dépêchant de m’habiller, je me suis demandée pourquoi je me donnais la peine … mes vêtements seraient enlevés quelques instants après l’avoir enlacé et embrassé. Mais il appréciait aussi le petit spectacle que représentait le fait de me déshabiller et aimait me voir parader dans mes sous-vêtements étriqués. Maman ne m’autorisait toujours pas à acheter et à avoir des strings, mais j’avais une cachette secrète dont elle n’était pas au courant. Je n’aimais pas garder de tels secrets, mais je n’avais pas le choix. Julien aimait me voir me pavaner en les portant et il n’arrêtait pas de me dire que j’avais un joli cul. Cela me faisait me sentir belle et sexy … oui, et un peu salope. Un short et un t-shirt coupé ont complété ma tenue et je me suis dépêchée de sortir.

J’étais assise sur la botte de foin dans le grenier de la grange quand il a grimpé l’échelle. Je lui ai souri et me suis levée. “Salut, Jas”, ai-je dit alors qu’il s’empressait de me serrer dans ses bras et de m’embrasser.

En reculant comme il le faisait toujours, regardant mon corps de haut en bas, il a souri et a dit : “Bon sang, Kelli, tu es si bandante !”.

Nous avons tous les deux rigolé et j’ai fait un pas vers lui et j’ai enlacé son cou, l’embrassant à nouveau. Il a saisi mon poignet et m’a tirée vers la grande couverture que j’avais étalée sur la douce épaisseur de foin. Il a marché sur la couverture et en quelques secondes, il était debout, nu et en érection… et me souriait. Comme toujours, je me suis approchée de lui et j’ai tendu les bras en signe de supplication. En souriant, il a tiré ma chemise par-dessus ma tête et a défait le bouton-pression et la fermeture éclair de mon short.

Souriant joyeusement, il a dit : “Bon sang, tu es vraiment belle, Kelli … vraiment !”.

J’ai souri en ne portant rien d’autre que le minuscule string … des ficelles et un minuscule, minuscule morceau de tissu rouge couvrant ma chatte. Je me sentais belle et très heureuse avec lui qui se tenait là devant moi, souriant et me regardant. Comme d’habitude, je me suis tournée et retournée lentement, faisant un petit spectacle pour qu’il puisse tout voir de moi. Il souriait et sa queue semblait encore plus raide, ce qui me faisait toujours sourire joyeusement. Il y avait toujours un peu d’émotions contradictoires à ce sujet. Je me sentais légèrement gênée d’être pratiquement nue et d’être dévisagée, mais en même temps, j’aimais l’impression d’être exposée. Ce même conflit de sentiments m’a suivi jusqu’à ce jour – c’était le sens, le sentiment d’être exhibé par quelqu’un plutôt que de m’exhiber moi-même.

Après quelques instants à me regarder, à fixer mon corps, il s’est installé sur la couverture et a gémi sensuellement. Sa belle queue était dure et se dressait presque à la verticale de son ventre. Il m’a souri et, en tendant les bras, il a dit : “Ooh, Kelli, j’ai attendu toute la nuit que tu me suces … viens ici !“.

J’ai gloussé et me suis installée joyeusement à côté de lui. Ma main a saisi sa queue dure et je lui ai souri : “Hé, j’ai attendu aussi, tu sais !”. Nous avons ri pendant que je me penchais et que j’embrassais la magnifique tête rouge-violet de sa queue. “Mon Dieu, Jas, c’est magnifique”. J’ai dit en la caressant et en la caressant tendrement, avec amour. Il s’est installé en arrière en murmurant son plaisir pendant que j’embrassais et léchais la grosse queue dure. “Bon sang”, ai-je dit, “J’adore ce gros truc, Jas … j’adore tout simplement !”.

J’ai ouvert la bouche et me suis penchée pour la laisser glisser lentement, sensuellement sur mes lèvres, sur ma langue et dans ma bouche. Oh, mon Dieu, ai-je pensé, c’est vraiment le paradis ! Alors que j’assistais à ce culte, je me suis souvent demandée pourquoi les autres filles ne suçaient pas aussi des bites. Et pire encore, beaucoup d’entre elles considéraient cela comme sale, humiliant ou dégradant, pour l’amour de Dieu. Pauvres, pauvres filles, pensais-je… elles ne connaîtraient pas le vrai plaisir et la vraie joie de sucer des bites. Plusieurs fois, j’ai eu l’envie de dire à toutes mes copines à quel point c’était une sensation merveilleuse et spéciale. Mais heureusement, je contrôlais un peu mieux ces envies que mes envies de sucer des bites. Mais je l’avais dans ma main à ce moment-là et je n’avais pas le temps de m’inquiéter de mes copines idiotes et prudes.

J’ai toujours essayé de prendre mon temps et de profiter de la grosse bite dure dans ma bouche. Dès cette première fois, je savais qu’une fois qu’il aurait fait jaillir la première charge de sperme, il aurait fini et je devrais attendre qu’il se remette. J’ai donc pris soin d’observer et de sentir ses réactions à mes ministrations sensuelles et sexuelles. En peu de temps, j’ai appris à jouer de sa queue comme un maître musicien… en faisant durer le plaisir jusqu’à la dernière note. J’ai aussi appris que je ne pouvais le garder au bord de l’orgasme qu’un certain temps, sinon cela commencerait à le blesser. J’ai essayé de trouver cette ligne fine où je pouvais en profiter au maximum tout en lui donnant le plein plaisir d’un orgasme intense. Nous formions une bonne équipe et une équipe heureuse, c’est sûr !

J’adorais sucer sa grosse bite et j’ai continué à lui procurer autant de plaisir que possible … oh, bien sûr, et pour moi aussi. Mais il était important pour moi …ne serait-ce que parce que cette grosse, belle et dure queue était attachée à lui ! Mais sérieusement, c’était important pour moi de lui donner ce plaisir. De bien des façons, son plaisir augmentait considérablement le mien.

J’ai sucé et aimé sa grosse bite dure pendant de nombreuses minutes, en étant parfaitement consciente de ses réactions à tout ce que je faisais. Nous avons tous les deux apprécié que ma langue explore sa queue dans ma bouche… en glissant sur et autour de la tête et de la petite crête de chair sensible autour de la tête. Avec un peu d’effort, plutôt du plaisir, je pouvais le faire jouir rien qu’avec cette action. Mais nous aimions tous les deux aller plus loin, plus longtemps, et profiter de mes succions, léchages et baisers aussi longtemps que possible. Mais, hélas, les hommes ne peuvent pas se retenir éternellement. C’est trop intense pour eux … et quelque chose doit céder !

Son corps s’est tendu et les muscles de son ventre se sont durcis. Il a cessé de caresser ma tête, mes épaules et ma poitrine. Ses gémissements étaient différents, ressemblant plus à des grognements et des gémissements de douleur qu’à des gémissements de plaisir. Je savais qu’il était proche et j’ai donc fait un effort pour garder mes lèvres scellées autour de cette belle tige, même en léchant autour de la tête et de la couronne. En quelques instants, son sperme chaud a giclé dans ma bouche et sur ma langue. C’était toujours un moment agréable pour moi, mais il marquait aussi le début de la fin de mon propre plaisir. Les yeux rivés sur les siens, je faisais des mouvements exagérés, suçant sa queue avec un vide supplémentaire afin d’obtenir les toutes dernières gouttes de sperme. Je lui faisais toujours un clin d’œil en espérant que mes yeux transmettaient mes plaisirs. Il adorait me regarder avaler son sperme. Alors après l’avoir sucé à sec, je me suis retirée et je l’ai regardé. Il m’a souri pendant que j’avalais avec une exagération faciale supplémentaire, lui donnant ce plaisir supplémentaire.

“Oh, mon Dieu, Kelli”, a-t-il dit, souriant et heureux. “Tu es le plus grand …absolument le plus grand petit suceur de bite de la planète !”.

J’ai ri et je me suis penchée pour embrasser sa queue, son ventre, sa poitrine et ses lèvres. Puis, posant ma tête sur son ventre, j’ai commencé à toucher, lécher et embrasser sa queue et ses testicules de manière douce et sensuelle. C’est dans cette position que nous parlions souvent et aujourd’hui n’était pas différent. Il m’a dit à quel point j’étais merveilleuse, douce, belle, spéciale, etc. Tout cela m’a fait me sentir si belle, si chaleureuse et, bien sûr, si adulte.

Puis, comme à l’improviste, il a dit : “Ahh, Kelli, … ahh, mon cousin vient me rendre visite”.

Embrassant sa belle mais molle queue, j’ai dit, “Hmm, c’est sympa”. Je ne savais rien de son cousin, mais j’ai juste supposé que c’était un petit enfant. Je n’avais pas non plus la moindre idée de ce que cela signifierait pour moi à ce moment-là.

Julien a caressé mon épaule et mon dos nus et a dit : “Eh bien, il sera là demain … ahh, non, attends, après-demain, je crois.” Je n’ai rien dit. D’abord, j’étais occupée à jouer avec sa queue et à la lécher. Quelques instants plus tard, il a dit la seule chose qui m’a fait remarquer. “Je dois passer du temps avec lui, Kelli.”

Je me suis levée en position assise à côté de lui et je l’ai regardé. “Passer du temps avec lui ?” J’ai demandé. “Qu’est-ce que ça veut dire ?”

“Eh bien, je ne pourrai pas te voir beaucoup … enfin, pas du tout, je suppose.”

“Quoi !” J’ai crié. “Qu’est-ce que tu veux dire ? Jas, parle-moi … dis-moi !”

“Eh bien, il vient ici tous les ans et nous … eh bien, nous faisons toujours … tu sais, des choses et des trucs.” Il m’a regardée et a dû voir ma confusion, si ce n’est ma peur. “Kelli, je ne veux pas … ahh, le faire, mais je dois le faire. Je veux dire, c’est mon cousin, tu sais ?”

J’étais confuse, mais cela commençait à avoir du sens … et en même temps, cela commençait à me mettre en colère. “Tu ne peux pas me voir …quand il est là ? Pendant qu’il est là ? Pourquoi pas ?” Je l’ai regardé pour avoir une réaction, puis j’ai rapidement dit : “Je veux dire, tu n’as pas besoin d’être avec lui … comme, toute la journée, n’est-ce pas ?”.

Rien que l’expression de son visage m’a dit la réponse à cette question. Et j’étais horrifiée … choquée, blessée et bouleversée et … eh bien, toutes ces choses et plus encore ! Je l’ai fixé du regard et j’ai froncé les sourcils avec colère, “Ahh, bon sang, Jas ! Combien de temps ce petit bâtard va-t-il rester ici ?”

Il a gloussé un peu et a essayé de me calmer un peu, ce qui n’a pas très bien marché de mon point de vue. Il a caressé mon sein et mon téton et a dit : “Kelli, ce n’est pas un … eh bien, un ‘petit’ bâtard. Bon sang, il a une vingtaine d’années !”.

À mon froncement de sourcils et à mon expression, il a dû voir encore plus de choc et de colère. “Kelli, ne te fâche pas. Bon sang, je ne peux rien y faire … tu le sais !” Puis tirant légèrement sur mon téton, dont il savait qu’il me rendait toujours heureuse, il a continué, “Il ne sera là qu’une semaine, alors… ?”.

“UNE SEMAINE ?” J’ai crié avec colère. Le fait qu’il tire sur mon mamelon n’a pas suffi à me rendre heureuse cette fois-là ! “Tu veux dire que je …nous ne pourrons pas …je ne te verrai pas pendant toute une putain de SEMAINE ?”

“Oh, Kelli, ce n’est pas ma faute, bon sang.” Il a dit après que je lui ai donné une tape sur la poitrine. “Je veux dire, je veux te voir aussi, mais… ? Kelli, je ne peux pas m’en empêcher.” Et puis il a dit quelque chose qui a commencé un cours qui allait durer le reste de ma vie. Il m’a regardée et a dit : “Qu’est-ce que je suis censé faire, Kelli, … l’emmener avec moi ?”.

Non, ce commentaire n’a pas été entièrement enregistré par lui ou par moi à l’époque. Il l’avait dit dans les frustrations du moment. Mais la graine avait été plantée… elle avait juste besoin d’être nourrie et soignée pour devenir saine et forte. Pendant le reste de la journée, j’ai essayé et essayé de me calmer, de me résigner au fait que je ne pourrais pas profiter de son corps pendant toute une semaine. C’était difficile pour moi. J’avais dans mon esprit un fantasme sans fin de plaisir sexuel et de jouissance, et il était au centre de tout cela. Et avec cela en tête, on attendait maintenant de moi que je survive pendant une semaine entière sans lui ou sa belle queue bien dure. Honnêtement, je ne savais pas comment je pourrais le faire … les jours sans lui me sembleraient horriblement longs et douloureux, si je survivais tout court.

Nous avons fait l’amour, ou plutôt fait l’amour, plusieurs fois ce jour-là et, avec beaucoup de réticence, je l’ai finalement laissé partir quelques instants seulement avant que mes parents ne rentrent à la maison. Je me sentais si triste, si blessée et si confuse, mais je savais aussi que ce n’était pas la faute de Julien. J’ai essayé d’être gentille, d’être heureuse pour lui, mais je n’y suis pas parvenue. J’étais triste et j’étais en colère contre un monde qui ferait quelque chose d’aussi terrible à quelqu’un !

Je devrais juste lâcher que, pendant une semaine entière, je ne pourrais pas sucer et baiser Julien ? Que je ne pourrais pas le sentir dans ma bouche et dans ma chatte pendant toute une foutue semaine ? Bon sang, j’étais une petite fille triste, et avec personne à qui parler et personne pour calmer mes craintes… c’est un sentiment terrible pour une jeune fille naïve !

Ce soir-là, comme d’habitude, Julien m’a appelée. Nous parlions toujours un peu le soir avant qu’il ne parte au travail. Nous parlions parfois après son retour, mais comme il était toujours tard, je devais l’appeler … ma mère n’autorisait pas les appels entrants si tard. Le simple fait d’entendre sa voix me remontait un peu le moral, bien que pour me mettre de bonne humeur, il faudrait bien plus qu’un peu.

“Salut, Jas”, ai-je dit, en ayant l’air aussi joyeuse que possible vu les circonstances. “Est-ce que je vais te voir demain ?”

“Oui, s’il te plaît”, a-t-il dit avec un petit rire. “Je te retrouve à la grange”. Puis, avant que je puisse dire quoi que ce soit, il a dit : “Kelli, j’ai réfléchi … je veux dire à propos d’André et tout. Je sais que ça a l’air … eh bien, sournois, mais que se passerait-il si je pouvais m’échapper pendant un court moment ? Est-ce que ça serait … eh bien, est-ce qu’on pourrait faire ça ?”

“Oui, Jas, bien sûr … mais pour combien de temps ? Et, bon sang, et si … eh bien, et si André vient te chercher ?” J’ai hésité, mais j’ai plongé avec une idée que j’avais eue plus tôt, “Jas, et si … eh bien, je veux dire, est-ce que ça dérangerait André si tu le laissais une heure ou deux ? Je veux dire, ne pourrait-il pas juste … eh bien, attendre que nous ayons fini ?”

“Hé, j’ai pensé à ça aussi. Mais il va vouloir savoir ce que je fais, tu sais ? Il va sûrement poser beaucoup de questions. Et pire, que se passera-t-il s’il se promène et nous trouve… ?” Il s’est arrêté un moment, puis a dit : “Kelli, est-ce que ce serait grave s’il … eh bien, s’il nous voyait ?”

“Quoi !” J’ai crié. “Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Tu veux dire qu’il va rester là et … nous regarder ? Jas, espèce d’idiot !”

Julien a ri de sa propre bêtise, mais ensuite, dans ce que j’ai pris pour de l’humour, il a dit : “Oui, bon sang, …pourquoi ne pas l’inviter à se joindre à nous !”.

J’ai ri de l’absurdité apparente de la chose et j’ai dit : “Ouais, super, hein ? Comme ça, j’aurais deux d’entre vous à sucer et à baiser, hein.” Nous avons ri pendant un moment.

“Kelli”, a-t-il dit avec du sérieux dans la voix. “Tu as toujours dit que … eh bien, que tu aimerais que je dure plus longtemps. Si André était là, tu pourrais …je veux dire, il serait …ahh, eh bien…”.

Ce commentaire associé à sa déclaration précédente “Qu’est-ce que je suis censé faire, Kelli, …l’emmener avec moi ?” a déclenché quelque chose en moi. L’idée avait été abordée plus tôt, mais je l’avais écartée d’emblée … mais au fond de mon esprit, elle n’était pas si facile à écarter. J’y avais un peu réfléchi, mais je n’avais aucune idée de la façon de gérer une telle chose.

“Julien, qu’est-ce que tu … je veux dire, est-ce que tu suggères que je … je veux dire, … avec ta cousine ?”.

Il faut savoir qu’en ce qui me concerne, tous les gars sur Terre avaient une bite comme celle de Julien. Je n’en connaissais pas d’autres ! Et plusieurs fois dans le passé, pendant nos moments de jeu, l’un ou l’autre d’entre nous a mentionné que ce serait bien s’il y avait deux Julien pour moi. Mais c’était toujours en s’amusant et en plaisantant … mais maintenant, cela me regardait droit dans les yeux. Le sérieux pour moi, à l’époque, était clairement évident. Je ne voyais pas comment je pourrais même survivre sans le sucer ou le baiser chaque jour … la seule pensée de cela m’horrifiait. La façon dont je devais vivre sans lui pendant toute la semaine dépassait tout simplement mon entendement. D’après ce que je pouvais imaginer, je mourrais de solitude et je serais partie bien avant la fin de la semaine ! La pauvre petite Kelli se ratatinerait et mourrait sans la bite de Julien à sucer et à baiser !

Julien n’entendait pas mes pensées, bien sûr, mais nous étions assez proches et semblions souvent partager nos pensées. Même s’il n’avait pas l’air si sûr de lui, il a dit : “Eh bien, Kelli, je ne sais pas quoi faire… Bon sang, je n’arrive pas à passer une journée sans toi, comment vais-je faire pour passer une semaine entière ?”.

Encore une fois, c’est une de ces choses que je ne pourrai jamais expliquer. Je ne me rappelle pas y avoir beaucoup réfléchi ou avoir pris la décision, mais j’ai dit : “Julien, et si je le faisais ?”. Il y avait un silence à l’autre bout de la ligne. Je n’étais pas sûre de ce qu’il pensait, mais après un long moment de silence, j’ai dit : “Je veux dire, Jas, est-ce que tu …je veux dire, comment te sentirais-tu si… ?”

Il y a eu un silence gênant, puis il a dit : “Bon sang, Kelli, je ne sais pas. Je veux dire, je pense que ce serait … eh bien, un peu excitant … n’est-ce pas ?”. Puis il a rapidement modifié sa réponse en disant, “Eh bien, …ahh, te regarder, je veux dire ? Bon sang, tu es si mignonne et … eh bien, tu as un beau corps et j’aime … eh bien, te regarder.”

Je n’étais tout simplement pas assez sage pour savoir comment envisager cette situation. Mais ses mots d’éloge à mon égard m’ont fait me sentir désirée, nécessaire et aimée. Je savais qu’il avait aussi du mal à faire face à cette nouvelle situation. J’ai fermé les yeux et j’ai fait de mon mieux pour l’imaginer. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser à Julien après son orgasme et à sa belle queue molle et pendante … et ensuite à moi me tournant pour sucer André. Mais je ne pouvais tout simplement pas faire ce lien … toutes les bites étaient la bite de Julien … je n’avais aucune autre image dans mon esprit. Je n’avais pas d’autres sensations avec lesquelles comparer. Est-ce que ce serait la même sensation dans ma bouche que la bite de Julien ? Comment pouvais-je le savoir ?

Mais le facteur décisif dans tout cela était que soit je suçais André, soit je ne pourrais pas voir Julien pendant une semaine entière. Cela me semblait être une éternité. Ces dernières semaines, je l’avais vu tous les jours, parfois plusieurs fois par jour. Une semaine sans lui ? Une semaine sans le sucer et le baiser ? Non, c’était tout simplement impossible. C’était une situation inimaginable pour moi. Je savais juste que je mourrais sans lui …et ce serait une mort horrible et douloureuse !

“Julien”, ai-je finalement dit. “Comment allons-nous …je veux dire, va-t-il … ?” Je ne savais pas trop comment cela allait se passer et ce que j’étais censée faire. Julien n’a rien dit pendant que je réfléchissais. Finalement, j’ai dit : “Bon sang, Jas, est-ce que tu vas … eh bien, t’en occuper … je veux dire, lui dire ou autre chose ?”.

Il s’est empressé et, apparemment heureux que j’aie pris cette décision, a dit : “Hé, Kelli, je vais m’arranger avec André, ne t’inquiète pas, d’accord ?”. Puis, après coup, il a dit : “Kelli, ça va être génial … Je veux dire, mon Dieu, il faut que je te voie ! Je vais parler à André, d’accord ? Ce sera génial, tu verras … je te le promets.”

Le jour suivant, j’ai rencontré Julien en milieu de matinée au ruisseau. Je ne pouvais pas échapper au sentiment que c’était un peu comme mon dernier jour avec lui …et si c’était vrai, alors c’était comme le dernier jour de ma vie ! André devait arriver dans l’après-midi et après cela, ce serait à Julien de décider. Eh bien, et André aussi. Lorsque je suis entrée dans la petite clairière près du ruisseau, Julien était déjà nu, prêt et assis sur la couverture.

Même si je l’ai sucé et que nous avons baisé plus tard, ce n’était pas pareil. Un terrible nuage planait sur moi et il ne voulait pas partir. Je ne savais pas ce qui allait se passer, comment je réagirais ou ce que je ferais. Je m’inquiétais aussi de la façon dont Julien réagirait à tout cela. J’avais entendu beaucoup de rumeurs sur la jalousie entre les garçons et leurs petites amies, mais je n’avais aucune expérience de première main. Nous avons bien parlé de la situation, mais aucun de nous ne savait comment cela allait se passer. Nous avons essayé de plaisanter à ce sujet et d’utiliser l’humour pour atténuer l’humeur sombre, mais cela n’a tout simplement pas fonctionné pour aucun de nous. Nous n’en savions tout simplement pas assez, n’avions pas assez d’expérience, pour saisir pleinement la réalité de la situation ou les conséquences. Mais la seule réalité sous-jacente était que si je n’allais pas jusqu’au bout, si je ne suçais pas et ne baisais pas son cousin, alors je ne pourrais pas voir Julien pendant toute une semaine … et ce n’était tout simplement pas possible pour moi. Je ne pouvais tout simplement pas imaginer ne pas avoir Julien au moins deux fois par jour. Une semaine entière sans lui était juste totalement inimaginable pour moi. Et j’étais convaincue que je ferais tout pour que cela n’arrive pas.

Le lendemain, alors que j’enfilais le t-shirt, je les ai vus traverser le pâturage en direction de la grange. J’étais tellement nerveuse à l’idée de cette première rencontre. Je ne connaissais pas du tout André. Et Julien m’avait assuré qu’il n’avait jamais parlé de moi à André auparavant. Cependant, il allait tout lui dire sur nous ce soir-là et il saurait exactement ce qui allait se passer… il n’y aurait pas de maladresse stupide, enfantine et effrayante. C’est du moins ce qu’il a dit. J’allais sucer la bite d’André et le baiser, purement et simplement. J’allais le faire pour pouvoir continuer à profiter de Julien pendant la semaine … et si André était là aussi, tant pis. Je ne savais pas ce que Julien avait prévu exactement, mais j’espérais que ce serait quelque chose comme, André, voici Kelli. Ok, Kelli, suce sa bite ! Et ce serait tout. Je n’aurais pas à prendre de décisions stupides et maladroites par moi-même … et donc à m’embarrasser encore plus. Mais après l’avoir fait, je mourrais probablement d’embarras et d’humiliation et ils enterreraient mon cadavre derrière la grange !

J’avais prévu d’être dans la grange quand ils arriveraient, mais ça ne s’est pas passé comme ça. Mais c’était presque aussi bien car lorsque je suis entrée dans la grange, je pouvais les entendre parler dans le grenier au-dessus. Et d’après leurs commentaires, je savais qu’ils ne m’avaient pas entendu entrer. Je suis restée là et je les ai écoutés pendant un moment. André avait visiblement hâte que je le suce et le baise tandis que Julien commentait et se vantait de mes talents et de mon côté mignon. J’étais nerveuse à propos de la rencontre, mais j’avais aussi promis à Julien que je le ferais … et en l’écoutant dire des choses si gentilles sur moi, je ne pouvais pas et ne voulais pas le laisser tomber.

J’ai tendu le bras et fermé la porte de la grange avec un peu plus de force que nécessaire. Au son de la fermeture de la porte, Julien a crié : “Kelli, c’est toi ?”. Et quand je me suis approchée et que j’ai regardé le loft, il a souri et a dit : “Hé, super ! Je pensais que peut-être… ? Eh bien, monte !”

J’ai souri en le regardant et j’ai grimpé l’échelle. En posant le pied sur le sol du loft, j’ai vu André assis sur une botte de foin. Comme d’habitude, je me suis penchée et j’ai embrassé la joue de Julien. Il m’a souri et a dit : “Kelli, voici mon cousin André”.

Là où Julien était plutôt grand et svelte, André était grand mais trapu. Il n’était pas gros, juste physiquement plus grand, comme un joueur de football ou autre. Il avait les mêmes cheveux foncés et ondulés et était plutôt séduisant – surtout son sourire. Il s’est levé et j’ai souri assez nerveusement, en hochant la tête pour saluer et en m’accrochant à Julien pour … eh bien, pour soutenir mes genoux faibles, je suppose. Je ne suis pas sûre qu’il ait dit quelque chose, mais son sourire semblait dire qu’il était content. Et puis est arrivé ce que je craignais le plus… un long moment, apparemment interminable, de silence tendu et nerveux !

Heureusement, juste avant que je sois tentée de me retourner et de m’enfuir, Julien a saisi mon bras et a murmuré : “Allez, Kelli … suce-nous ! S’il te plaît ?” Et puis un peu plus fort pour qu’André puisse l’entendre, il a dit : “Elle est vraiment bonne, André … elle va nous sucer !”.

Il a gloussé doucement, m’a serrée dans ses bras et j’ai levé les yeux vers lui en souriant pour le remercier de m’avoir aidée à soulager ma nervosité. Même à l’époque, ma soumission sexuelle était apparente, même si aucun de nous ne la reconnaissait vraiment pour ce qu’elle était. Je me sentais beaucoup plus à l’aise en faisant simplement ce que Julien me disait de faire. Je voulais simplement fermer mon esprit et obéir, ne prendre aucune décision. C’était tellement plus facile pour moi. Il m’a souri et a attrapé mon t-shirt, le tirant par-dessus ma tête et l’enlevant. Mes seins étaient encore assez petits et je ne portais pas de soutien-gorge la plupart du temps. André fixait mes seins et j’avais envie de les couvrir avec mes mains, mais je ne l’ai pas fait. Je ne l’ai simplement pas regardé.

“Hmm, jolis seins … petits, mais fermes et ronds, juste comme je les aime”. André a dit.

Je l’ai regardé et il souriait de son charmant sourire. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui rendre son sourire, non seulement parce qu’il était si séduisant, mais aussi parce que quiconque aimait mes petits seins méritait un beau sourire !

Le sourire toujours présent sur son visage, il a demandé : “Kelli, es-tu … eh bien, es-tu d’accord avec ça ? Je veux dire, tu n’as pas à faire quoi que ce soit que tu ne veuilles pas faire, tu sais ? Est-ce que ça te convient ?”

Je l’ai regardé et j’ai souri, puis j’ai levé les yeux vers Julien. Il m’a souri et m’a serré les épaules très fort. Je me suis retournée vers André et j’ai fait un signe de tête affirmatif …ça ne me dérangeait pas. Et dans mon esprit, je pensais, s’il te plaît, dis-moi juste ce que je dois faire.

Alors que Julien me conduisait vers les balles couvertes de couvertures et le foin en vrac, André a commencé à déboucler son pantalon. Il me souriait. J’ai levé les yeux vers Julien. Puis la tension du moment m’a envahie et je n’ai pas pu m’en empêcher… J’ai commencé à rire et à glousser nerveusement. Mais cela a brisé la tension. J’ai tourné mon visage contre la poitrine de Julien, en le serrant dans mes bras, et je ne pouvais pas m’arrêter de rire. Heureusement, ils se sont tous deux joints au rire, même s’ils ne savaient probablement pas ce qui l’avait provoqué. Rien que le rire a apaisé la tension chez nous tous, chez moi surtout.

André a poussé son pantalon et ses sous-vêtements sur le sol et les a jetés sur le côté. Julien a serré mes épaules et m’a tiré vers André. André étant assis sur une botte de foin, Julien m’a en quelque sorte tiré vers le bas entre les jambes d’André. Rien n’a été forcé, bien sûr, mais Julien faisait vraiment ce que j’avais voulu… il m’enlevait les décisions, m’empêchait de laisser ma nervosité tout gâcher. J’étais effrayée, nerveuse, mais Julien m’a fait un sourire et a serré mes épaules, me poussant vers le bas. À genoux entre les jambes d’André et en regardant sa grosse bite dure, elle ne semblait pas si différente de celle de Julien. J’ai donc essayé de ne pas regarder le visage d’André, seulement sa bite et dans mon esprit, j’ai prétendu que c’était Julien.

Je me suis penchée en avant et dès que la grosse bite dure a touché mes lèvres, la nervosité a disparu et les délicieuses sensations d’une bite dure glissant sur mes lèvres et sur ma langue sont devenues la seule chose sur laquelle je me suis concentrée. Je me souviens avoir pensé que ce n’était pas vraiment différent de sucer la bite de Julien, mais avec Julien maintenant nu et assis juste à côté de nous, il y avait un frisson supplémentaire pour moi… deux bites ! Alors que ma bouche et ma langue étaient occupées sur la queue d’André, j’ai tendu la main vers la queue de Julien. Avec une bite dans ma bouche et une dans ma main, j’étais excitée et ravie. Toute la tension et la nervosité précédentes ont fondu. Et c’était si excitant, si excitant d’avoir deux gars qui me voulaient, qui me trouvaient belle et sexy.

André devait être très excité car je ne le suçais que depuis un petit moment lorsque j’ai senti les changements… ces signes d’orgasme imminent. Sa queue est devenue rigide et a gonflé, les muscles de ses jambes et de son ventre sont devenus tendus et fermes et, bien sûr, les gémissements délicieux mais doux. Je me suis préparée à la giclée de sperme chaud, aspirant à ce qu’il éclabousse ma bouche et ma langue. Je n’ai pas eu longtemps à attendre… avec un grognement et un gémissement fort, le sperme chaud a giclé dans ma bouche. Et il est venu par giclées successives, rapidement, une, deux, trois grandes giclées de liquide chaud. J’ai tout avalé avec plaisir et j’ai continué à sucer la grosse bite alors qu’elle devenait lentement flasque.

Alors que la queue d’André devenait molle, je savais, grâce à mes expériences avec Julien, que si je continuais à sucer sa queue, elle deviendrait quelque peu douloureuse. Si cela arrivait, il gémirait et me repousserait. Alors je me suis simplement tournée et mise à côté de Julien et j’ai commencé à sucer sa grosse queue bien dure. Et c’était tout simplement fantastique… J’adorais l’idée d’avoir une autre bite juste devant moi pour continuer à faire ce que j’aime le plus au monde… sucer des bites ! Et le meilleur de tous, c’était la bite de Julien ! Alors que je suçais sa bite, André s’est penché vers moi pour me dire que c’était génial et que j’étais merveilleuse et d’autres commentaires aussi élogieux. J’étais ravie et surtout ravie qu’il soit là, tout près, à me regarder sucer Julien.

“Bon sang, elle peut vraiment sucer une bite, hein ?” André a dit à Julien en me regardant. “Elle est meilleure que toutes les femmes que je connais !”

“Bon sang, elle a aussi de jolis seins.” Il a dit en riant. “Et, wow, quel joli petit cul rond !”

“Merde, Julien, tu t’es vraiment fait plaisir ici, mon garçon !” Il a dit en riant. Et tapotant mon dos et mon épaule, il a dit : “Mon Dieu, Kelli, tu es une excellente suceuse de bite … vraiment bonne, crois-moi.”

“Mec, réfléchis, Julien”, a-t-il dit en riant. “Cette semaine va être l’une des meilleures semaines de ma vie. Elle peut nous sucer tous les jours, par Dieu !”.

Il faisait ces commentaires, à la fois à Julien et à moi sur l’action … presque comme un commentaire play-by-play ! Cela m’a excité. Et visiblement, cela a aussi excité Julien, car il a rapidement fait gicler son sperme dans ma bouche avec un fort gémissement. André a ri et m’a encore dit à quel point j’étais géniale, quelle fille merveilleuse j’étais. Et il était également ravi et excité que j’aie avalé le sperme.

Après les avoir sucé tous les deux, toute ma nervosité initiale avait disparu. Le badinage sexy, et parfois lubrique, qui se déroulait entre nous était excitant et excité. Je ne nierai pas que cela me semblait encore un peu étrange, mais il y avait une certaine facilité dans tout cela qui m’empêchait d’être trop nerveuse. Je m’agenouillais entre eux et jouais avec les deux bites flasques, une dans chaque main. Et de temps en temps, pour leur plaisir et leur joie, je me penchais et suçais l’une ou l’autre dans ma bouche. J’avais toujours aimé sucer et lécher la bite molle de Julien. J’aimais la mâcher … non, pas douloureusement, mais en enfonçant doucement mes dents dans la chair molle et spongieuse. C’était un peu comme un bonbon mou à mâcher ou quelque chose comme ça et c’était une sensation merveilleuse. Et c’était particulièrement agréable pour lui lorsque je me concentrais sur la tête lisse et sensible. Il gémissait toujours comme si je le mordais, mais si je me retirais et le regardais, il souriait toujours et me tapotait la tête – un signal tacite pour que je continue.

Il n’a pas fallu longtemps pour que mes jeux et mes morsures rendent la queue d’André à nouveau rigide. Il était manifestement plus excité que Julien… probablement parce que j’avais sucé Julien tous les jours pendant des semaines ! André s’est soulevé sur ses coudes et m’a souri. Il avait le plus beau des sourires ! Avec ce beau sourire éclatant, il a dit : “Est-ce qu’on peut … ahh, baiser maintenant ? J’aimerais vraiment ça, Kelli … vraiment !”.

Je n’étais pas vraiment préparée à cela ! Dans la plupart des baises entre Julien et moi, cette demande était généralement la mienne. Je savais qu’il voulait le faire, mais il me laissait toujours prendre la décision. Il pouvait donner certains signes ou indications qu’il aimerait ça, mais il était rare qu’il le demande simplement. Cela ne m’a pas vraiment dérangé qu’il le demande, cela m’a juste pris par surprise. J’avais supposé plus tôt qu’il voudrait probablement me baiser et j’étais prête à le faire. Mais j’avais aussi supposé que ce serait moi qui l’initierait. Je suis sûre que mon hésitation a dérangé André, car son sourire a disparu et il m’a regardée d’un air perplexe, un peu nerveux. À ce moment-là, j’ai su que je devais dire quelque chose, me décider et lui répondre. J’aurais préféré qu’il le demande simplement … gentiment, bien sûr, mais quand même une demande.

Je lui ai souri et j’ai jeté un coup d’œil à Julien, qui était maintenant aussi sur ses coudes et me souriait. J’ai gloussé et regardé André. J’ai hoché la tête et dit : “Bien sûr, je suppose … si tu veux”.

André s’est assis droit et le beau sourire était revenu. Sa queue se dressait fermement, complètement rigide et prête. Il a regardé Julien, puis m’a regardé à nouveau et a demandé : “Est-ce que tu vas … eh bien, le sucer pendant que je … eh bien, je veux dire … ?”.

Oh, mon Dieu, ai-je pensé, c’est exactement comme ces films pornos dont j’avais entendu parler … la fille penchée en avant et qui se fait baiser par derrière tout en suçant la bite de quelqu’un d’autre ! Je ne comprends pas pourquoi je n’avais pas envisagé une telle chose lorsque je pensais à cette journée, mais je ne l’avais pas fait. Je ne dirai pas que c’était un choc, mais je n’y avais certainement pas pensé … même lorsqu’il a demandé à me baiser. Je suis sûre qu’il a remarqué mon silence momentané, mais il n’a rien dit. J’ai finalement levé les yeux vers lui, jeté un coup d’œil à Julien et, je suis sûre qu’il y avait une certaine incertitude dans ma voix, j’ai dit : “Eh bien, oui, bien sûr. Je veux dire, si c’est …ahh, ce que tu veux ?”.

Et c’est ainsi qu’a commencé ma première session où j’ai été baisée par les deux bouts en même temps ! Je ne peux pas dire que c’était à l’époque, ni même maintenant, ma façon préférée de baiser. C’est déconcertant pour moi … cela brise ma concentration pour l’une ou l’autre activité. Et en plus, c’est le plus souvent une action non chronométrée et non coordonnée. Le gars qui baise ma chatte peut pousser à des moments différents de celui qui baise ma bouche. Du coup, mon corps bascule ou est poussé au mauvais moment pour l’une ou l’autre action. Tu vois ? C’est déconcertant et distrayant. Je préfère de loin contrôler l’action pour le plus grand plaisir possible pour mon ou mes gars. Mais dans cette situation, les gars me baisant par les deux bouts, je ne suis plus que deux trous chauds et humides et je suis incapable d’intensifier le plaisir pour l’un ou l’autre.

Julien m’avait, bien sûr, baisée par derrière de nombreuses fois, donc ce n’était pas nouveau pour moi. Nous l’avons surtout fait en levrette, à genoux. Mais André m’a demandé de me lever et de me pencher pour sucer la queue de Julien et il s’est installé derrière moi. Comme je l’ai toujours fait pour Julien, j’ai écarté un peu les jambes pour lui permettre d’accéder. Il était impatient et avant même que je sois prête, j’ai senti la queue dure sonder mon trou. J’ai commencé à tendre la main sous mon ventre pour l’aider, mais avant que je puisse le faire, la grosse bite a trouvé l’ouverture et a plongé profondément en moi d’une seule poussée puissante. André était beaucoup plus énergique pour baiser ma chatte que Julien. Ses poussées étaient puissantes et fortes, poussant fort contre moi et enfonçant sa grosse bite profondément dans ma chatte. J’ai sucé la queue de Julien du mieux que j’ai pu, même en étant ballottée d’avant en arrière par les poussées puissantes d’André. Il a aussi gardé une bonne prise sur mes hanches et, à chaque poussée, il tirait sur mes hanches, me tirant en arrière même lorsqu’il avançait. Et à chaque fois, je pouvais sentir la puissance de sa bite dure alors qu’elle s’enfonçait profondément dans ma chatte et mon corps.

Étant très excité, cela n’a pas pris longtemps à André. Nous ne baisions que depuis quelques minutes lorsque j’ai senti sa queue gonfler et devenir encore plus rigide à l’intérieur de moi. Ses poussées étaient toujours aussi puissantes, mais il s’enfonçait dans ma chatte, puis se retenait un long moment avant de se retirer pour une nouvelle poussée. Cette action ralentissait de plus en plus à mesure qu’il se rapprochait de l’orgasme. Je faisais de mon mieux pour que Julien gicle dans ma bouche en même temps, mais je sentais que c’était une proposition perdante. André n’allait pas être privé de son orgasme juste pour que lui et Julien puissent prendre leur pied ensemble !

André a finalement poussé profondément dans ma chatte et en se tenant fermement à mes hanches, il a grogné et gémi. J’ai senti le sperme chaud m’éclabousser tandis qu’il continuait à tirer sur mes hanches, nous maintenant fermement ensemble. Puis avec quelques autres poussées courtes et puissantes et des giclées de sperme chaud, j’ai senti sa queue commencer à se ramollir en moi. Il s’est penché et a embrassé mon dos, respirant fortement et gémissant doucement. Et lorsque Julien a fait gicler son sperme dans ma bouche, j’ai senti la queue d’André se ramollir complètement et glisser de ma chatte.

Pendant cette semaine, j’ai sucé et baisé Julien et son cousin, André, de nombreuses fois. Nous étions ensemble tous les jours, baisant et suçant, parfois plusieurs fois par jour et c’était toujours un moment délicieux et merveilleux pour moi. D’une part, il semblait que j’avais presque toujours une belle bite dure avec laquelle jouer, sucer ou baiser. C’était un changement majeur et très agréable pour moi. André semblait toujours très excité et viril, et il était aussi quelque peu agressif. Julien était facile à vivre et rarement, voire jamais, exigeant. André, lui, ne demandait pas gentiment comme Julien, mais disait “Allez, Kelli, suce-moi” ou “Viens par ici, je veux baiser cette petite chatte chaude” ou quelque chose de similaire sur un ton bourru et exigeant. J’étais habituée à l’attitude détendue et non agressive de Julien et l’attitude et le ton de voix d’André me semblaient quelque peu dégradants. Mais c’était aussi plutôt excitant et excité. J’ai choisi la façon excitante et excitée de le voir pour éviter toute angoisse mentale inutile. Même si j’avais toujours un peu de conflit intérieur à ce sujet, son sourire et ses yeux brillants semblaient l’atténuer et je faisais toujours ce qu’il demandait ou exigeait. Ma soumission sexuelle aurait dû être évidente pour moi, mais je ne l’ai tout simplement pas reconnue.

La veille du jour où André devait rentrer chez lui, nous avons passé tout notre temps à sucer et baiser comme des lapins ! Il semblait qu’il essayait de prendre autant de plaisir que possible avant de partir … et j’étais plus qu’accommodante, j’étais une participante volontaire et heureuse. J’ai été un peu surprise que Julien semble s’asseoir et regarder. Mais c’était apparemment pour permettre à son cousin de profiter autant que possible de son dernier jour. Julien ne vivait qu’à une courte distance et pouvait m’avoir presque à tout moment d’un simple coup de fil. Je ne sais pas, mais je suppose qu’ils avaient réglé cela entre eux avant.

Après le départ d’André, Julien et moi avons repris notre routine habituelle et à part un ou deux commentaires occasionnels, on n’en a pas dit grand-chose. Mais même si je ne le savais pas à l’époque, cela allait être un tournant majeur dans ma vie sexuelle. Mais c’est pour d’autres histoires peut-être.

Préférence de maman :
Endroit de préférence pour le sexe :

Covid ou pas, il y a toujours un membre pour parler (et faire l'amour) avec vous. Rejoignez la communauté